AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Dimitri N. B. Weiss ~ I learnt to live half alive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Dimitri N. B. Weiss
fondateur
Messages : 189
DKK : 5
@ crédit avatar : ©ECK
DC/TC : L. Devon Kristensen
Date d'inscription : 13/05/2010
Localisation : Londres


Nova Era - Game
Statut: Célibataire

MessageSujet: Dimitri N. B. Weiss ~ I learnt to live half alive   Jeu 6 Sep 2012 - 16:30



Dimitri Nikolaï Bogdan Weiss
ft. Jonathan Groff

— Origines && Famille

Dimitri vient d'une famille assez cosmopolite : son père, Johannes Weiss, est à la fois allemand et russe. Sa mère, Iekaterina Grafova, est russe et polonaise. Ils se sont rencontrés en Suisse où leurs parents respectifs se sont installés alors qu'ils étaient enfants. Il est très fier de ses différentes origines autant que de sa nationalité suisse. De confession orthodoxe comme ses parents avant lui, il va à la messe tous les dimanches, sauf s'il doit assister à une répétition.

Membres importants de sa famille :

Johannes Weiss : Père
Heinz Weiss : Grand-Père paternel
Maria Levine : Grand-Mère paternelle

Iekaterina Grafova : Mère
Alekseï Grafov : Grand-Père maternel
Edwina Kowalczyk : Grand-Mère maternelle

Laura Weiss : Petite soeur chérie

— Caractère && Spécialités

S'il a longtemps porté le deuil de sa fiancée, et porte toujours un air mélancolique sur le visage de prime abord, il n'est pas devenu asocial pour autant, loin de là, bien qu'il ne se mette pas en avant pour rien. A l'origine, c'était un jeune homme plutôt enjoué, un peu (très) impulsif, mais il vous dirait que ses origines slaves n'y sont peut-être pas pour rien. C'était un jeune homme qui semblait profiter de chaque instant, et trouver un intérêt à tout - ce qui n'est pas tout à fait faux. Aujourd'hui, c'est un peu comme si le monde avait perdu un peu de sa saveur. Il reste attentif à ce qui l'entoure, démarre parfois (souvent) un peu au quart de tour, mais il est assez rare de le voir sourire franchement, et plus encore de l'entendre rire aux éclats. Il faut dire qu'après la disparition d'un être cher, passer par le sentiment de trahison et la sensation d'avoir perdu sa famille à cause d'un don qu'il n'a pas voulu, mais qui lui est un peu tombé dessus, ça n'est pas l'idéal pour respirer la joie de vivre.

Oh ! Il n'a rien d'un cas désespéré pour autant, et est loin de sombrer dans la dépression, puisqu'il a tendance à penser que tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir, en quelque sorte. Il est passé par des moments assez difficiles, et passe encore par une phase quelque peu floue, mais il reste persuadé que tout finira par s'arranger d'une manière ou d'une autre, même s'il ne peut pas nier qu'il s'inquiète pour les êtres qui lui sont chers.

Dans sa façon d'être, dans les petits gestes qu'il peut faire au jour le jour, pour aider ceux qui l'entourent, proches ou moins proches, on décèle facilement son tempérament foncièrement altruiste et généreux. Depuis Adalgisa, il a du mal à se lier véritablement avec qui que ce soit et ne cherche pas la compagnie des gens - sans doute pour éviter de s'attacher de nouveau, de se sentir encore trahi - mais il ne la rejette pas spécialement non plus - chassez le naturel - si bien que s'il n'accoste pas ceux qui l'entourent, il reste cependant ouvert lorsque ce sont eux qui viennent vers lui, et amusé parfois par des tentatives de drague éhontées qui lui arrachent quelques sourires.

Généreux, donc, parfois peut-être un peu trop, il lui est déjà arrivé de donner son manteau à un clochard croisé en plein hiver, de filer son sandwich à un gamin dans la rue... et il participe au moins financièrement à plusieurs associations caritatives, même si ses revenus ne sont pas vraiment mirobolants. Il ne se pose même pas la question de savoir s'il faut le faire, si c'est bien ou si ce sera bien perçu, à vrai dire, l'avis des autres, il s'en fiche. Ca lui semble naturel, tout simplement.

Ca n'est pourtant pas un caractère très facile, car outre son impulsivité notoire, c'est quelqu'un d'assez susceptible, qui prend la mouche assez facilement. De la même manière, il ne sait pas ne pas relever un défi. Cap ou pas cap, vous connaissez ? Il vaut mieux ne pas tenter, avec Dim, car il est tout à fait capable de relever un défi particulièrement incongru... Les tatouages qu'il porte et certaines des langues qu'il a apprises en sont des exemples flagrants, et ce ne sont là que les plus inoffensifs... Il n'est pas complètement suicidaire, non plus, entendons-nous bien, inutile donc de le défier de se jeter par une fenêtre, il ne faut pas exagérer, mais il faut bien avouer qu'il a parfois été un peu trop loin, ce qui lui a valu quelques séjours au poste, fort heureusement, sans conséquence. Il paraît que le tapage nocturne n'était pas tout à fait toléré, de même que se baigner dans les fontaines publiques...

Enfin, c'est un jeune homme terriblement possessif et jaloux, qui a bien du mal à laisser les autres s'approcher de ceux qu'il aime. Lorsqu'il était avec Ada, de violentes disputes ont souvent éclaté lorsque de charmants jeunes hommes ont trouvé son amante un peu trop à leur goût. La plupart se souvient sans doute de la furie à laquelle ils ont alors eu affaire...

Il aime :
Dim a toujours aimé les langues vivantes, qui lui ont permis de gagner sa vie lorsqu'il était avec Ada, en Italie, puis en Angleterre. Il parle allemand, bien sûr, mais aussi français et italien, qu'il a commencé à apprendre au lycée, anglais, avec un accent RP qu'on trouve ridicule ou au contraire particulièrement séduisant, russe et polonais, même si elle a quelque peu délaissé ces deux langues depuis que ses parents l'ont rejeté, et chinois suite à un défi qu'ils se sont lancés, Laurina et lui, d'apprendre des idiomes plus... hors normes.

Fin gourmet, il ne sait pas résister à la bonne cuisine, particulièrement si elle est slave ou italienne, sans doute parce qu'elle lui rappelle celle de sa mère ou ses années en Italie, et peut se montrer très critique sur les plats qu'il lui est donné de goûter, qu'il n'hésite pas à comparer à ses souvenirs d'enfance, ou d'adolescence. Il ne peut pas non plus passer une journée sans un vrai bon café - pas ce jus de chaussette infâme qu'ils vous servent partout.

Mais surtout, il aime la danse, sa passion depuis toute petit, qui le fait littéralement vibrer. Lorsqu'il se laisse emporter par la musique, il entre presque littéralement en transe, et le reste n'a plus la moindre espèce d'importance. C'est aussi sans doute ce qui lui donne le plus le sentiment d'être vivant, et ce qui l'a empêché de complètement sombrer, lorsqu'il s'est retrouvé seul à Londres...

Il déteste :
La méchanceté gratuite et l'injustice l'insupportent au plus haut point, et il a tendance à prendre la défense de l'opprimé lorsqu'il est confronté à une situation de ce type. Même si il n'est pas forcément le mieux placé pour défendre la veuve et l'orphelin, de part sa stature, il faut avouer qu'il n'a pas vraiment l'air commode quand il est en colère, et bien souvent, ça suffit à calmer le jeu... Et les autres fois et bien... La police a plutôt intérêt à intervenir vite...

Il déteste les gens qui se paient sa tête, également. Il est susceptible, vous vous rappelez ? Et qu'on le prenne pour un idiot ou qu'on se moque de lui ouvertement le fait littéralement sortir de ses gonds (il n'est quand même pas stupide, il peut le voir, de temps en temps, quand on le taquine gentiment, mais il ne faudrait pas pousser le bouchon trop loin non plus...).

Pas très difficile quant à l'alimentation, il a pourtant une aversion toute particulière pour les lentilles et autres petits pois, qui le dégoûtent particulièrement, au point soit de « trier » dans son assiette, soit de délaisser le plat en question...

Enfin il ne supporte pas non plus tout ce qui enclenche sa phobie, ce qui n'a rien de très surprenant en soi. Il s'agit des ascenseurs et autres pièces de taille réduite et fermées, des transports et autres lieux communs bondés, tout ce qui génère ce sentiment d'oppression qu'il ne peut pas contrôler. Au jour le jour, on ne décèle pas toujours vraiment son angoisse, mais c'est qu'il fait en sorte d'éviter les situations qui l'oppressent. Car Dim est atteint d'une certaine forme de claustrophobie, qui implique des crises de panique lorsqu'il se retrouve dans des endroits trop confinés. Un ascenseur, particulièrement s'il tombe en panne, des transports en commun bondés, une pièce réduite aux accès condamnés lui donnent l'impression d'étouffer, et son rythme cardiaque s'accélère instantanément. S'il parvient globalement à éviter les situations qui génèrent ces crises d'angoisse - en préférant les taxis aux transports en commun, les escaliers aux ascenseurs, les rues moins peuplées aux artères bondées -, il n'est pas à l'abri d'un imprévu, auquel cas, à moins de très rapidement sortir de ces espaces réduits, il ne peut empêcher ses mains de trembler, ni retenir les crises de larmes, voire les malaises qui l'assaillent alors.

Pouvoir :
  • Mémoire universelle

  • Mimétisme musculaire

— Descriptions Physiques

Dim n'est pas très grand, malheureusement, il ne mesure qu'1m74, ce qui reste assez moyen et qui lui a causé pas mal de déboires au niveau professionnel : pour des raisons d'homogénéité sur scène, il s'est souvent vu refuser des rôles parce qu'il mesurait moins d'un mètre soixante quinze. Oui pour un centimètre... Vous comprenez, il faut bien qu'on mette une barrière quelque part. Combien de fois a-t-il entendu ça ? Il ne les compte plus... Et a du mal à le supporter d'ailleurs.

Pour le reste, il a tendance à penser qu'il est comme il est, et ça lui va plutôt bien comme ça. Des yeux bleus hérités de sa famille slave sans le moindre doute, des cheveux blond foncé tombant dans son cou et encadrant son visage, il a les traits assez fins et, s'il ne se considère pas comme une gravure de mode, s'accepte tout à fait comme il est. Une musculature sèche due à la danse, il n'a aucun complexe quant à son physique, et, s'il n'en joue pas particulièrement, il reste assez conscient de sa capacité à plaire. Il suffit d'ouvrir un peu les yeux sur les tentatives de drague pour s'en assurer, d'ailleurs.

Plutôt classique dans sa façon de se vêtir, il n'est pas rare de le voir porter des chemises sur un jean ou un pantalon de costume lorsque l'occasion le requiert. Moins à l'aise cependant dans les vestes de costume, il opte généralement plutôt pour un blouson de cuir ou une redingote. Et peu sensible au froid, il est assez rare de le voir porter un pull, plus encore d'arborer bonnet, écharpe ou gants...

— Histoires && Anecdotes

20/03/1999. Le jour du printemps.
Il paraît que ça va bien avec son caractère. Il paraît aussi qu'il est du signe du bélier, et que ça lui correspond vraiment très bien. Il n'en sait rien. Il sait juste que son anniversaire, c'est la date du printemps, et qu'il aime bien l'idée du retour des beaux jours... Le printemps, c’est aussi l’espoir et le renouveau. L'espoir. Un trait de caractère qu'il n'a jamais vraiment perdu, ça : toujours garder espoir, parce qu'il n'y a que comme ça qu'on peut continuer à avancer. Même quand c'est difficile et qu'il a des coups de blues - comme tout le monde à vrai dire - il finit toujours par relever la tête. C'est dans son caractère, il faut croire.


____________________________________

Under construction
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nova-era.forumactif.com/t350-dimitri-n-b-weiss-i-learnt-to-live-half-alive http://ne-lh-testarchiv.forumactif.com/t442-dim-don-t-stop-belie
 

Dimitri N. B. Weiss ~ I learnt to live half alive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [TEST SOFT GPS] ALK COPILOT LIVE 8 : Retrouver le test complet
» Dilemme (W9), le live depuis la Suisse
» Live Fast Die Never (Angel Soundtrack)
» [TWEAK] Swisscom accès au vodafone live
» [Souls Team] - Mep Live [G&G]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NE LH Tests et Archives :: Archive Fiches && Suivi Perso-